Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Flux RSS


Yahoo! 
MSN 
AOL 
Netvibes 
Bloglines 



le Figaor.fr : Immobilier : la baisse des prix va s'amplifier

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

le Figaor.fr : Immobilier : la baisse des prix va s'amplifier

Message par admin le Lun 24 Nov - 12:44

PAR MICHEL GARIBAL
21/11/2008 | Mise à jour : 15:07

Le retournement de la conjoncture pourrait durer plusieurs années.

Le marché de l'immobilier se dégrade au fil des mois. Même s'il faut rester prudent concernant les chiffres annoncés, qui reflètent parfois des situations différentes, les évolutions vont toutes dans le même sens : chute des ventes de logements, fin de la hausse des prix et début de la baisse, resserrement des crédits immobiliers, coup d'arrêt dans la construction de certains programmes en raison de l'augmentation des stocks. « Toutes les conditions sont réunies aujourd'hui pour que la baisse des prix, qui est indiscutable, s'accélère dans les mois à venir », prévoit l'économiste Mathilde Lemoine. Les ventes de logements neufs ont reculé au deuxième trimestre en France autant qu'en Espagne, où la crise est particulièrement sévère. La durée d'écoulement des stocks de logements neufs atteint quinze mois, alors qu'elle est de dix mois aux Etats-Unis.

Toute correction du marché commence par une diminution des transactions, qui engendre à son tour une chute des prix. Lors des crises immobilières précédentes, le décalage était de plus d'un an. Cette fois, il est manifestement plus court, puisqu'au deuxième trimestre les prix des logements anciens ont reculé de 0,5 %. Ceci traduit une accélération du retournement du cycle. Le ralentissement immobilier va coûter 0,9 % de croissance au produit intérieur brut français en 2009, alors que le pays frôle la récession, ce qui ne peut que réduire la solvabilité des ménages. Et ce n'est pas le rachat à prix décoté par une filiale de la Caisse des dépôts et des organismes sociaux de 30 000 logements neufs invendus qui va permettre d'inverser la tendance. Le vieillissement de la population et la décohabitation ne sont pas suffisants non plus pour limiter la baisse des prix, dans la mesure où les besoins sont en partie surestimés puisque l'augmentation de la population a tendance à se ralentir. Alors qu'elle progressait de 338 500 personnes par an dans les premières années 2000, son rythme d'accroissement est tombé au-dessous de 300 000 habitants supplémentaires entre 2006 et 2010 et atteindra seulement 263 000 à partir de 2011. Les mises en chantier actuelles, qui se sont élevées à 385 000 entre octobre 2007 et septembre 2008, seraient donc suffisantes pour répondre aux besoins de nouveaux logements et pour absorber le déficit passé de logements construits, selon Mathilde Lemoine. Conséquences : les prix des logements neufs pourraient baisser de 5 % en 2009 et de 7,5 % en 2010. Dans l'ancien, le mouvement pourrait se prolonger jusqu'en 2012, en retrouvant la loi des cycles que l'on croyait oubliée après une période exceptionnellement longue de hausse.

Source Le Figaro

admin
Admin

Messages : 952
Votes : 445
Date d'inscription : 01/07/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://www.pierreafeu.net

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum