Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Flux RSS


Yahoo! 
MSN 
AOL 
Netvibes 
Bloglines 



Des milliers de propriétaires piégés par l'immobilier défiscalisé

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Des milliers de propriétaires piégés par l'immobilier défiscalisé

Message par idéfisc le Dim 19 Juil - 17:00

http://www.rtlinfo.be/rtl/news/article/258308/--des+milliers+de+proprietaires+pieges+par+l+immobilier+defiscalise
Des milliers de propriétaires piégés par l'immobilier défiscalisé






Ils rêvaient de faire des économies d'impôts grâce au dispositif immobilier défiscalisé Robien, mais l'affaire a plutôt tourné au cauchemar pour des milliers de propriétaires, aujourd'hui en difficulté financière ou surendettés.





  • 0
    commenter

  • 0
    voter


  • envoyer

  • [url=http://www.pierreafeu.net/javascript: window.print();]
    imprimer
    [/url]



Economie - Monde 9:57
Ils rêvaient de faire des économies d'impôts grâce au dispositif immobilier défiscalisé Robien, mais l'affaire a plutôt tourné au cauchemar pour des milliers de propriétaires, aujourd'hui en difficulté financière ou surendettés.
Créé en 2003, ce dispositif vise à soutenir l'investissement locatif dans le neuf grâce à un allègement d'impôts, à condition pour le propriétaire de louer le logement pendant neuf ans.
Mais, parfois surévalués, porteurs de malfaçons ou encore placés dans des zones peu attractives et donc boudés par les locataires, une partie de ces biens immobiliers cumule les défauts.
Conséquence pour les propriétaires qui achètent le plus souvent sur plan: des pertes importantes, là où ils pensaient réaliser des économies.
"Beaucoup de gens sont dans des situations délicates car ils ont perdu l'avantage fiscal faute de locataire et ne peuvent pas revendre", relate Isabelle Faujour, directrice juridique adjointe de l'UFC-Que choisir.
Cette dernière estime que 5.000 à 10.000 personnes sont aujourd'hui en proie à des difficultés financières après l'achat d'un logement grâce au dispositif Robien.
La présidente de l'Association de défense des investisseurs et mandataires (Adim), Claudy Giroz, va plus loin: près de "29.000 investisseurs, pour beaucoup ruinés, surendettés, m'ont écrit parce qu'ils ont acheté un bien surfacturé pour lequel ils ne trouvent pas de locataire et perdent le bénéfice de la défiscalisation" des dispositifs Robien ou Borloo, quasi-similaires, affirme-t-elle.
Entre 2003 et 2008, près de 350.000 logements ont été construits pour être vendus dans le cadre du dispositif Robien, selon une estimation du Crédit foncier. Conséquence, l'offre locative est supérieure à la demande dans une soixantaine de villes de plus de 50.000 habitants, notamment Dijon, Le Mans, Perpignan, Mulhouse, Valence ou Clermont-Ferrand.
"Les soucis commencent à la livraison du bien; les gains ne sont pas à la hauteur dès le départ: les frais d'entretien sont deux fois plus élevés qu'annoncé, il y a des frais supplémentaires à chaque changement de locataire", raconte Emmanuel Georget, 36 ans.
Cet ingénieur, qui a investi 130.000 euros dans un appartement près de Toulouse, estime ses pertes à 30.000 euros, la somme qu'il espérait économiser.
Même désarroi chez Sylvie, une Lilloise de 45 ans. Après les déboires des premiers mois, elle s'est déplacée pour voir son bien: "Et là, on est atterré! La résidence est pleine de malfaçons, a des problèmes d'acoustique et son emplacement semble complètement hors de propos, en pleine forêt, à plus de 3 km du village".
"Là, vous réalisez que vous êtes propriétaire d'un bien surévalué à 600 km de chez vous avec la perspective de le garder pendant 10 ans et un prêt de 25 ans sur le dos".
Confrontés au manque de locataires, nombreux sont les propriétaires contraints de baisser leur loyer. Car, pour conserver l'avantage fiscal, il faut que l'appartement soit loué, et la vacance ne peut dépasser 12 mois.
"On se sent pris au piège. Au moment de l'achat, tout est présenté comme un placement financier et le support immobilier devient subsidiaire", explique Denis, 42 ans, qui vit à Orléans.
"Cela devait nous coûter entre 150 et 200 euros par mois et dans la pratique on est plutôt autour de 400 par mois!".
Sans compter l'épée de Damoclès de la revente.
"Comment faire pour revendre un appartement de mauvaise facture dans une zone à faible potentiel locatif sans perdre encore de l'argent et alors que tout le monde va vouloir revendre en même temps?", s'interroge M. Georget.

idéfisc

Messages : 175
Votes : 197
Date d'inscription : 03/09/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Des milliers de propriétaires piégés par l'immobilier défiscalisé

Message par chantal le Lun 20 Juil - 18:57

Je trouve toujours réducteur et raccoleur ce genre d'article qui présente les " investisseurs " comme n'étant que des personnes en recherche de défiscalisation, ce qu'ils oublient les journalistes c'est que, pour nombre d'entre nous,(peut-être ne connaissent-ils pas "Pierre à feu") le produit a souvent été présenté par les vendeurs comme une alternative à l'épargne classique ou aux placements en bourse des petits épargants, un moyen comme un autre de préparer sa retraite ( certains plans d'épargne retraite ne sont-ils pas déficalisables?) et...cerise sur le gâteau pour ceux qui pouvaient avoir quelques réticences : "des loyers limités permettant un accès par exemple à un logement neuf de "bon standing" pour un jeune couple", c'est pas beau comme argument! mais OUI les promoteurs ont aussi leurs arguments pour ceux que la défiscalisation ne comblait pas complètement.
En effet, pour avoir vécue loin d'un centre ville, j'ai personnellement dans cet esprit recherché un projet en centre ville, avec accès sur Paris ne dépassant pas 3 h.
Le pire c'est que j'ai trouvé!!!
et.... un loyer de 510 euros pour 55 m² et une terrasse-jardin de 30 m², tout ceci ne paraissait pas scandaleux en terme de rapport qualité/prix à proposer à des locataires(ramené aujourd'hui à 440 euros et pas de locataire) .
Avant d'acheter cet appartement, j'ai aussi trouvé un article d'un journaliste de SUD OUEST daté du 4 février 2004 "Charente. La rareté de l'offre (immobilière) dans le secteur d'Angoulême continue de doper les prix... la pénurie touche aussi les locations etc.etc.etc....
6 mois plus tard... il n'y avait plus l'ombre d'un locataire en recherche d'appartement!
Comme quoi on est toujours victime des " Affiches en couleur" !!!
Voilà c'était mon mouvement d'humeur du jour...
Je continue de venir presque tous les jour sur le site pour lire les messages des uns et des autres, mais j'avoue que je n'avais plus trop le courage d'écrire moi même devant le peu de perspective de solution.
Mon dossier est chez un avocat, ce que je vous encourage tous à faire dans la mesure du possible puisque nous ne pouvons malheureusement pas nous regrouper, un jour les journalistes trouveront un autre sujet d'interet économique, à moins qu'UFC que choisir se soit emparé du sujet...
Dès que j'aurai quelques nouvelles je vous en ferai part.
Merci à toutes et tous et surtout à Henrique de perséverer sur ce site qui nous permet de se sentir moins seuls
Chantal

chantal

Messages : 46
Votes : 38
Date d'inscription : 08/01/2009
Localisation : Paris

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum