Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Flux RSS


Yahoo! 
MSN 
AOL 
Netvibes 
Bloglines 



Le "Jardin des Arts" à St Priest. la SIT en question pour incompétence ? Quelques arguments. Des solutions possibles ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Le "Jardin des Arts" à St Priest. la SIT en question pour incompétence ? Quelques arguments. Des solutions possibles ?

Message par Georges Personnier le Mer 2 Juin - 18:13

Bonjour,

Nouvel arrivant sur ce forum, j'en remercie d'abord vraiment son auteur. J'ai signé avec la SIT un mandat de gestion pour un appt dans la résidence du "Jardin des Arts" à St priest en Jarez en mai 2008 (Date de livraison de l'appt le 29/07/09). Toujours sans locataire à ce jour, la SIT m'a gracieusement transmis copie de deux bons de visite, afin de pouvoir encore espérer prétendre à justifier de rester dans le cadre de la loi "De Robien". J'ai trouvé cela bien maigre pour pouvoir justifier.
Devant l'incapacité à joindre par téléphone, et ce de façon récurrente, la "responsable de mon projet", je lui ai adressé par mail le 24 mai dernier, un message, un peu incisif certes, mais reflètant également l'expression de mon exaspération.
Celui-ci indiquait en substance :
- ma volonté de confier conjointement à la SIT une recherche de locataire par le biais d'une autre agence (ce qui a été fait non sans mal),
- mon interrogation sur les garanties de carences locatives non honorées, telles que stipulées dans le contrat de gérance. En l'occurence, la Sit est ici seule signataire de ces engagements de garanties, quand bien même il soit mentioné dans le contrat, pour information, que c'est le promoteur qui en porte la charge. Dans tous les cas, cette charge ne peut revenir qu'au mandataire s'y engageant, et qui ne saurait en tout état de cause s'exhonérer pour quelque raison que ce soit de ses obligations (et non au mandant).
- ma très grande perplexité, d'une manière générale, quant à la capacité de la Sit à honorer ses engagements contractuels. Cela vaut pour moi-même, mais cela vaut aussi également pour bien d'autres personnes, si j'en juge par la teneur des messages que j'ai pu lire jusqu'à maintenant sur ce forum.

Toujours est-il que je ne suis pas disposé à m'enraciner à l'état de "victime". Je vous livre l'intégralité du dernier message que j'ai adressé à "la responsable de mon projet" le 24 mai dernier. Bien sûr pourrais-je avoir coutume de dire maintenant, je n'en ai eu encore à ce jour aucune réponse. Mais il y est clairement évoqué à la fin de celui-ci l'hypothèse d'une action en justice, de façon solidaire, avec ceux qui comme moi n'ont plus aucune autre alternative de réponse que celle-ci, devant de telles carences, et de telles incapacités à communiquer (l'un va peut-être avec l'autre !). Je suis preneur de vos intentions à cet égard.

Voici ce message.

" Madame,
Dans le message électronique que je vous ai adressé le 28 avril dernier, vous m’avez indiqué de ne pas manquer de revenir vers moi pour un compte rendu de visite, avec Monsieur Planas, de la société « Pyramide Investissement », que vous deviez rencontrer le 30, afin de lui remettre un exemplaire des clés de notre appartement.
Je me suis de mon côté informé depuis, pour savoir si monsieur Planas avait bien reçu ces clés, en l’absence de ce compte rendu sur lequel vous vous étiez engagée.
J’ai également accusé réception de deux bons de visite, joints à votre message. Veuillez comprendre que cela me parait être un bien maigre fruit de vos obligations de mandataire, depuis maintenant plus d’un an que je vous fais confiance pour trouver un locataire à notre appartement. Mais peut-être n’était ce qu’un simple échantillon, si on en croit les réponses que la SIT m’a formulée à maintes reprises par téléphone, pour dire « qu’il y avait toujours quelqu’un sur place », et que « l’appartement était souvent visité ». Toujours est-il que dans l’expectative où je suis aujourd’hui, je vous demande instamment de me fournir copie de l’intégralité de ces bons de visite. J’ai parfaite légitimité d’exiger copie de ces documents, dans le respect des droits et des obligations de chacun, et en toute transparence.
En même temps, vous vous rendrez compte par vous-mêmes que la confiance que je vous avais acquise jusqu’à maintenant est désormais largement entamée. J’ai, comme vous, des obligations professionnelles qui m’obligent à ne pas perdre de temps à m’épuiser pour vous demander de faire face à celles qui sont les votres.
C’est encore cependant ce à quoi j’ai du m’atteler cette semaine. Entre les indisponibilités pour rendez-vous et les interlocuteurs devant soi disant me rappeler sans faute, et qui ne rappellent pas, j’en arrive à me demander à qui j’ai à faire, ou envers qui j’ai affaire.
Il s’agissait simplement, en l’occurrence, de vous demander quel espoir pouvais-je encore avoir de solliciter la garantie de carence locative qui m’est due, au titre des garanties locatives jointes au mandat de gérance, que j’ai signé avec vous le 26 mai 2008.
En résumé, il me paraît parfaitement normal de pouvoir obtenir les précisions que je vous demande :
1) sur la preuve d’un minimum d’investissement professionnel vous concernant quant à la recherche de locataires potentiels pour notre appartement ;
2) sur le respect des garanties pour lesquelles nous nous sommes entendus, et particulièrement celles de carence locative qui nous occupent actuellement. Quand bien même il serait stipulé que ces dernières sont apportées par le promoteur, je ne peux me baser que sur les documents que nous avons signé vous et moi. Ce sont les seuls qui nous engagent contractuellement. D’où ma demande d’en respecter les termes.
Sans réponse sous huitaine, je serai, compte tenu des circonstances très préoccupantes pour nous (il faut quand même savoir que cet appartement, compte tenu de son prix de location, de son confort, de son environnement et de ses commodités aurait dû déjà avoir pris preneur depuis longtemps) dans la nécessité:
- de vous retirer simplement le mandat de gérance que nous vous avons octroyé en raison d’incompétence ;
- voire d’engager une action de justice à votre encontre, solidairement avec quelques dizaines de personnes qui se trouvent de votre fait et malgré nous, dans le même désarroi que moi ;
- en tous cas, de faire la plus large publicité sur vos carences. Mais à la lecture des messages vous concernant diffusés sur internet, je crois que celle-ci malheureusement n’est plus à faire.
Je vous prie d’agréer, Madame, l’expression de mes salutations distinguées

P.S. : Ce message vous est adressé en votre qualité de responsable désignée pour notre programme, en première attention. J’attends la fin de la semaine du 24 au 29 mai pour en obtenir réponse. Il prendra la forme de lettre recommandée avec accusé de réception à cette échéance."


Bien cordialement

Georges Personnier

Georges Personnier

Messages : 1
Votes : 3
Date d'inscription : 02/06/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum